CIC News > Latest News > Options For Francophones Looking To Work In Canada / Les options pour les francophones souhaitant travailler au Canada

Options For Francophones Looking To Work In Canada / Les options pour les francophones souhaitant travailler au Canada

Font Style

Font Size

With the recent news that the Government of Canada will not continue the French Significant Benefit Program, now is a good time to review what options are available for francophones wishing to work in Canada, and what options are available for employers looking to hire French-speaking workers from outside Canada.

The French Significant Benefit Program, which ended this week, was a part of the still extant International Mobility Program. It allowed Canadian employers outside Quebec to recruit francophones internationally without needing to apply for a Labour Market Impact Assessment (LMIA). The closure of the program, however, need not mean the end of francophones coming to Canada. Far from it — francophone workers and Canadian employers alike have a number of employment options available to them.

LMIA

An LMIA, formerly known as a Labour Market Opinion (LMO), is usually required in order for an employer to hire a temporary foreign worker. In order to receive a positive LMIA, Citizenship and Immigration Canada (CIC) must determine that the hiring of a foreign worker will have a positive or neutral effect on the Canadian labour market. LMIA applications are made by the employer, not by the worker. Before the LMIA application is made, the job must be advertised across Canada so as to give Canadians and permanent residents an opportunity to be hired first.

Having the ability to speak French gives international candidates increased employment opportunities across Canada, not just in Quebec. One way in which francophone and bilingual persons may benefit is that some job advertisements require candidates to have certain language abilities. If an employer outside Quebec can justify the stipulation that the worker must be able to speak French in order to perform the work, it is more likely that the employer will struggle to find quality local candidates as most of the local labour market will not have the necessary skills in French.

Skilled workers brought to Canada may eventually have the option of staying in Canada permanently if they fulfil the criteria of one of the federal immigration programs, such as the Canadian Experience Class.

International Experience Canada (IEC)

The IEC Program for citizens of France allowed 14,000 people to come to Canada as temporary workers in 2014. 6,750 places were reserved for Working Holiday applicants, while 2,300 and 4,800 applications were accepted for the Young Professionals and International Co-op categories. 150 visas were allocated under the Student Summer Job category.

The Working Holiday category, open to French citizens under the age of 35, gives successful applicants an open work permit that they can use anywhere within Canada for a period of up to 12 months. The Young Professionals category is designed for French young professionals wishing to gain further professional experience in their field, with a fixed-term employment contract of up to 18 months. The International Co-op category is an internship program designed for French students wishing to complete an internship or work placement of up to 12 months in Canada during the course of their studies or training. Belgium and Switzerland also have IEC Programs in place, and francophone citizens of those countries may avail of such programs to come to Canada as temporary workers.

Workers who come to Canada on IEC Programs may eventually be eligible for permanent residence in Canada if they fulfil the criteria of one of the federal immigration programs, such as the Canadian Experience Class, a program that aims to convert skilled temporary foreign workers who have Canadian work experience into permanent residents.

Permanent Residence Programs

Rather than hiring workers as temporary foreign workers, it may be more beneficial to francophone workers and Canadian employers alike to look toward the economic immigration programs offered by CIC, which grant permanent resident status upon the worker. The current Federal Skilled Worker Program (FSWP) remains open for candidates with experience in one of 50 occupations deemed in demand in Canada, but potential candidates have to move fast in preparing and submitting an application before the program closes on December 31.

Canada’s new Express Entry immigration selection system, to be brought in on January 1, 2015, will allow Canadian employers to select immigrants to Canada from a pool of candidates who have expressed their interest in immigrating and passed minimum entry criteria. CIC aims to process successful applications in six months or less, which may incentivise employers to hire workers as permanent residents rather than as temporary foreign workers. An LMIA will still be necessary for Canadian employers wishing to hire internationally under the Express Entry system.

The Future

In spite of the closure of the French Significant Benefit Program, the federal Minister of Citizenship and Immigration Chris Alexander was recently quoted as saying that his department is hoping to increase francophone immigration to communities outside Quebec. “Our government is proud to promote Francophone immigration to Canada, which will help to ensure our communities remain vibrant and prosperous. We will continue to work with our partners to attract Francophone immigrants with the skills our labour market and economy needs,” stated Mr. Alexander.

Therefore, it seems possible that another program within the LMIA-exempt International Mobility Program aimed at securing employment opportunities for francophones outside Quebec may be established in place of the French Significant Benefit Program. We will bring you any further news on the issue.

Please see here for a full list of LMIA exemptions. To find out if you are eligible for any of over 60 Canadian immigration programs, please fill out a free online assessment today. 

Les options pour les francophones souhaitant travailler au Canada

Faisant suite aux récentes annonces du Gouvernement du Canada selon lesquelles il met fin au Programme Avantage significatif francophone, il est grand temps de reconsidérer les options existantes pour francophones voulant travailler au Canada, et celles pour les employeurs souhaitant embaucher des francophones à l’extérieur du Canada.

Le Programme Avantage significatif francophone, dont il a été mis fin cette semaine, était partie intégrante du Programme de Mobilité Internationale. Cela permettait aux employeurs canadiens à l’extérieur du Québec de recruter des francophones à l’échelle internationale sans même avoir à faire une demande d’Etude d’Impact sur le Marché du Travail (EIMT). Cependant, la fin du programme n’implique pas la fin de la venue des francophones au Canada, loin de là. Il demeure des options disponibles pour les travailleurs francophones et les employeurs canadiens.

L’EIMT

Une EIMT, autrefois appelée Avis relatif au Marché du Travail (AMT), est généralement nécessaire pour qu’un employeur puisse embaucher un travailleur étranger temporaire. Afin d’obtenir une EIMT positive, Immigration et Citoyenneté Canada doit déterminer si l’embauche du travailleur étranger aura un effet positif ou neutre sur le marché du travail canadien. La demande d’EIMT est faite par l’employeur et non par le travailleur. Avant que la demande d’EIMT ne soit faite, l’emploi doit être offert au Canada pour laisser l’opportunité aux canadiens et aux résident permanents d’être embauchés en priorité.

Parler français augmente significativement les opportunités d’embauche au Canada pour les candidats internationaux, et pas seulement au Québec. En effet,  nombre d’offres d’emplois requièrent des candidats d’avoir certaines compétences de langues.  Si un employeur à l’extérieur du Québec est en mesure de justifier qu’il est indispensable de parler français pour réaliser le travail en question, il est fort à penser que l’employeur aura des difficultés à trouver des candidats locaux répondant à ce besoin compte tenu du fait que le marché du travail local n’aura pas nécessairement de compétences en français.

Les travailleurs qualifiés au Canada peuvent avoir éventuellement l’option de rester au Canada de façon permanente s’ils satisfont aux critères de l’un des programmes fédéral d’immigration, tel que la Catégorie de l’Expérience Canadienne.

Expérience Internationale Canada (EIC)

Les Programmes EIC  ont permis à 14,000 citoyens français de venir au Canada en tant que travailleurs temporaires en 2014. 6,750 étaient réservés aux Permis Vacances-Travail (PVT), 2,300 et 4,800 demandes ont été acceptées sous les catégories des Jeunes Professionnels et Stage Coop International. 150 visas ont été alloués sous le programme des Jobs d’été pour étudiants.

La catégorie des Permis Vacances-Travail (PVT), ouvert aux français de moins de 35 ans, donne aux candidats retenus un permis de travail ouvert les autorisant à travailler n’importe où au Canada pour une période pouvant aller jusqu’à 12 mois. La catégorie des Jeunes Professionnels est faite pour les professionnels français souhaitant acquérir davantage d’expérience professionnelle dans leur domaine, avec un contrat d’embauche à terme fixe pouvant aller jusqu’à 18 mois. La catégorie Stage Coop International est destinée aux étudiants français souhaitant effectuer un stage pouvant aller jusqu’à 12 mois au Canada durant leurs études ou leur formation. La Belgique et la Suisse ont aussi leurs programmes EIC et les citoyens francophones de ces pays peuvent également accéder au Canada en tant que travailleurs temporaires.

Les travailleurs venant au Canada sous l’un des programmes EIC seront éventuellement admissibles pour la résidence permanente au Canada s’ils satisfont les critères de l’un des programmes fédéraux d’immigration, tel que la Catégorie de l’Expérience Canadienne, un programme qui sert à convertir les travailleurs étrangers temporaires ayant une expérience professionnelle au Canada en résidents permanents.

Les programmes de résidence permanente

Plutôt que d’embaucher des travailleurs étrangers temporaires, les travailleurs francophones et les employeurs canadiens pourraient avoir un meilleur intérêt à regarder du côté des programmes de l’immigration économique offert par Immigration et Citoyenneté Canada. L’actuel programme fédéral des travailleurs qualifiés (PFTQ) demeure ouvert pour les candidats ayant de l’expérience dans l’une des 50 professions réputées comme étant en pénurie au Canada. Cependant, les candidats potentiels doivent agir rapidement en préparant et en soumettant leur demande avant la fermeture de ce programme au 31 décembre prochain.

Le nouveau système d’immigration canadienne « Entrée Express », qui doit être mis en place au 1er janvier 2015 permettra aux employeurs canadiens de sélectionner des immigrants à partir d’un groupe de candidats qui ont manifesté leur intérêt d’immigrer et satisfont aux critères de base. Immigration et Citoyenneté Canada pourrait traiter ces demandes en 6 mois ou moins. Cela inciterait alors les employeurs à embaucher des travailleurs en tant que résidents permanents plutôt que des travailleurs temporaires. Une EIMT sera toujours nécessaire pour les employeurs canadiens souhaitant embaucher à l’international sous le programme Entrée Express.

L’avenir

Malgré la fermeture du Programme Avantage significatif francophone, le Ministre canadien de la Citoyenneté et de l’immigration, Chris Alexander a récemment précisé que son Ministère espérait renforcer l’immigration francophone auprès des communautés extérieures au Québec. « Notre gouvernement est fier de promouvoir l’immigration francophone au Canada, ce qui contribue à maintenir la vivacité et la prospérité auprès de nos communautés. Nous continuerons à travailler avec nos partenaires pour attirer les immigrants francophones parallèlement à nos besoins économiques et besoins de travail ».

Ainsi, il paraît probable qu’une autre programme, faisant partie du Programme de Mobilité Internationale avec exemption d’EIMT visant à assurer les opportunités d’embauches pour les francophones à l’extérieur du Québec, soit mis en place à la suite du Programme Avantage significatif francophone. Nous ne manquerons pas de vous informer de tout développement à ce sujet.

Consultez ici la liste des cas d’exemption d’EIMT. Pour savoir si vous êtes admissible à l’un des 60 programmes d’immigration canadiens, n’hésitez pas à remplir notre formulaire d’évaluation gratuit en ligne dès aujourd’hui.

© 2014 CICnews All Rights Reserved


Tags:

Comments

22 thoughts on “Options For Francophones Looking To Work In Canada / Les options pour les francophones souhaitant travailler au Canada

  1. Avatar
    Stgermain kettia

    Je suis Kettia,j’ai travaillée pendant 2ans au club med ,un contrat en tant que hôtesse et l’autre en tant qu’animatrice,j’aimerais avoir l’opportunité de travailler au canada,j’attends votre réponse avec impatience

  2. Avatar
    roseme mackenso

    je suis mackenso roseme je suis pret et disponible pour repondre aux besoins des institutions necesitant des genres qui parlent francais

We welcome your feedback

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

+