CIC News > Latest News > Immigrate > National & Regional News > Élections fédérales 2019 : ce que les partis politiques du Canada disent au sujet de l’immigration économique Cinq des six principaux partis fédéraux du Canada ont maintenant publié leur programme en matière d’immigration

Élections fédérales 2019 : ce que les partis politiques du Canada disent au sujet de l’immigration économique Cinq des six principaux partis fédéraux du Canada ont maintenant publié leur programme en matière d’immigration

Font Style

Font Size

Les programmes en matière d'immigration des partis politiques au CanadaQui dit élection, dit promesses ; et en matière d’immigration économique, les principaux partis politiques fédéraux du Canada en font de nombreuses en vue du 43e scrutin fédéral le 21 octobre. 

Il y a trois catégories de gestion de l’immigration au Canada ; la Catégorie du regroupement familial, la Catégorie des réfugiés et la Catégorie de l’immigration économique.

Les programmes de la Catégorie de l’immigration économique accueillent actuellement la majorité des nouveaux arrivants au Canada. Il s’agit notamment des trois programmes d’immigration fédéraux gérés par Entrée express qui sélectionnent les travailleurs qualifiés (le Programme des travailleurs qualifiés, le Programme des travailleurs de métiers spécialisés et la Catégorie de l’expérience canadienne) ainsi que des Programmes des candidats des provinces (PCP) du Canada.

L’objectif d’admission du Canada dans le cadre des divers programmes de la catégorie économique est de 191 600 nouveaux résidents permanents pour l’année 2019. Cela représente près de 60 pour cent de l’objectif total de 330 800 admissions cette année dans les trois catégories d’immigration du Canada.

Cinq des six principaux partis fédéraux ont maintenant rendu publics leurs programmes en matière d’immigration, à l’exception du Parti libéral du Canada qui est actuellement au pouvoir.

Voici un aperçu de ce que chacun des partis propose en ce qui a trait à l’immigration économique et, en ce qui concerne les libéraux, de ce qu’ils ont accompli jusqu’à maintenant.

Le Parti libéral du Canada

Les politiques adoptées par les libéraux depuis leur arrivée au pouvoir, en novembre 2015, nous donnent une idée précise de ce à quoi nous pouvons nous attendre s’ils obtiennent un deuxième mandat.

Selon leur Plan sur les niveaux d’immigration 2019-2021, les libéraux continueront d’accueillir 58 pour cent des nouveaux arrivants du Canada sous la catégorie économique au cours des deux prochaines années.

Étant donné que les niveaux d’immigration globaux devraient augmenter encore davantage dans le cadre de ce plan (pour atteindre un objectif de 350 000 immigrants d’ici 2021, comparativement à environ 260 000 lorsque les libéraux sont arrivés au pouvoir), le nombre d’immigrants de la catégorie économique sélectionnés par le gouvernement fédéral et les provinces devrait, lui aussi, augmenter.

En 2021, les libéraux ont pour objectif d’admettre 88 800 immigrants par l’entremise des programmes d’Entrée express gérés par le gouvernement fédéral, soit une augmentation de 9 pour cent par rapport à l’objectif de 2019 qui était de 81 400.

Le nombre de nouveaux résidents permanents admis dans le cadre du PCP devrait également passer à 71 300, soit une augmentation de 17 pour cent par rapport à 2019.

Depuis 2015, les libéraux ont ajouté de nouveaux volets à la catégorie de l’immigration économique afin que le gouvernement fédéral ainsi que les provinces et territoires du Canada puissent accueillir un plus grand nombre d’immigrants au cours des prochaines années.

Ces initiatives comprennent le Programme pilote d’immigration dans les communautés rurales et du Nord, le Programme pilote sur l’immigration agroalimentaire, ainsi que le Programme pilote d’immigration au Canada atlantique, qui confère aux quatre provinces de l’Atlantique d’importants pouvoirs en ce qui touche la sélection des immigrants qui répondent aux besoins économiques de cette région du pays.

Ces programmes ont été mis sur pied pour aider le Canada à atteindre ses nombreux objectifs en matière d’immigration, comme la promotion du développement économique dans les plus petites régions et le soutien de secteurs économiques clés, comme celui de l’agroalimentaire.

Faute de programme électoral, il reste à voir quelles autres réformes les libéraux pourraient apporter au programme volet économique duCanada si un nouveau mandat leur est confié.

Toutefois, étant donné le fait que les libéraux sont passés d’une planification annuelle à une planification pluriannuelle de l’immigration, la plupart des gens ont une bonne idée de ce à quoi ils peuvent s’attendre si le gouvernement Trudeau reprend le pouvoir.

Le Parti conservateur du Canada

Ce sont les conservateurs, qui ont gouverné le Canada de 2006 à 2015, qui ont mis en place le système d’Entrée express au mois de janvier 2015.

Les sondages effectués jusqu’à présent montrent que les conservateurs sont à égalité avec les libéraux dans les intentions de vote.

Dans son plan d’immigration de 2019, le chef conservateur Andrew Scheer promet de « protéger et faire valoir l’immigration économique » s’il est élu en octobre.

Le chef conservateur promet également de « définir des taux d’immigration cohérents avec les intérêts du Canada. »

En plus de cela, en matière d’immigration économique M. Scheer s’engage dans sa plateforme à « améliorer la reconnaissance des compétences et permettre aux nouveaux Canadiens qui ont des compétences équivalentes à nos standards d’exercer leur profession ici. »

Le Nouveau Parti démocratique du Canada (NPD)

Les sondages montrent que le NPD occupe la troisième place dans les intentions de vote, devançant légèrement le Parti vert du Canada.

Si aucun parti n’obtient la majorité le 21 octobre, ceux qui, comme le NPD ou le Parti vert du Canada pourraient obtenir la troisième ou la quatrième place seraient en mesure de grandement influencer la politique d’immigration du Canada s’ils détiennent l’équilibre du pouvoir.

Dans sa plateforme électorale, le NPD accuse les libéraux de délaisser les immigrants « scolarisées » qui « ont de la difficulté à trouver du travail dans leur domaine d’expertise. Ces personnes ne se réalisent donc pas à la hauteur de leur potentiel et vivent avec leur famille dans l’angoisse, car elles peinent à joindre les deux bouts. »

En ce sens, le NPD s’engage dans sa plateforme à travailler « avec les provinces pour combler les lacunes dans les services d’établissement et améliorer la reconnaissance des titres de compétences étrangers. »

Le NPD dit vouloir s’assurer également que « [ses] politiques et niveaux d’immigration répondent aux besoins de main d’œuvre au Canada et [reconnaissent] les expériences, les contributions et les liens établis avec le Canada. »

La discrimination salariale fondée sur le sexe est également soulevée dans la plateforme du NPD, qui souligne notamment l’importance de l’écart salarial entre les femmes immigrantes et le reste de la population. Le NPD s’engage à accorder la priorité à l’équité salariale « en exigeant des employeurs qu’ils fassent preuve de transparence en matière de rémunération » et à adopter « des lois et des règlements proactifs en matière d’équité salariale [et que ceux-ci soient] appliqués rigoureusement et immédiatement. »

Le Parti vert du Canada

L’amélioration des procédures de reconnaissance des titres de compétences professionnels étrangers est également un élément central de la plateforme du Parti vert.

Le Parti vert affirme que « les nouveaux arrivants représentent une incroyable source de talent et de potentiel pour notre pays. » « Pourtant, les immigrants gagnent presque 40 pour cent de moins que les travailleurs et les travailleuses nés au Canada. »

Pour rectifier cette situation, le parti vert affirme qu’il va s’« assurer que les professionnels qui envisagent d’immigrer ici ont reçu, avant leur arrivée, des informations claires quant aux exigences d’accession à leur profession. »

Le parti éliminerait également le Programme des travailleurs étrangers temporaires du Canada et s’attaquerait « aux pénuries de main d’œuvre en augmentant l’immigration et en travaillant avec les employeurs pour établir des canaux vers la résidence permanente. »

Le parti vert affirme également vouloir faciliter « les processus permettant… d’accéder à la résidence permanente et à la citoyenneté » pour les étudiants et les travailleurs étrangers.

Le Bloc Québécois (BQ)

Étant donné leur mandat de promouvoir l’indépendance du Québec, les propositions du Bloc québécois en matière d’immigration ne visent que cette province.

Les propositions du Bloc québécois concernant la catégorie d’immigration économique mettent l’accent sur la grave pénurie de main-d’œuvre à laquelle sont confrontés les employeurs du Québec, notamment ceux des régions les plus petites de la province.

Pour remédier à cette situation, le Bloc propose un crédit d’impôt pour les immigrants et les nouveaux diplômés internationaux des établissements scolaires québécois qui acceptent un emploi dans les régions éloignées au Québec.

Le Bloc affirme aussi qu’il appuie une proposition du gouvernement du Québec dirigé par la Coalition avenir Québec (CAQ), un parti situé au centre et à droite de l’échiquier politique, visant à associer le statut de résident permanent à la condition qu’un immigrant accepte et conserve un emploi en région.

Enfin, le Bloc propose de simplifier le processus de demande du Programme des travailleurs étrangers temporaires, vers lequel se tourne un nombre croissant d’employeurs québécois à mesure que les pénuries de main-d’œuvre augmentent. Le Bloc demande d’embaucher plus de personnel pour éliminer les « délais interminables de traitement des dossiers. »

Le Parti populaire du Canada (PPC)

Le Parti populaire du Canada (PPC) est un nouveau parti fédéral populiste dirigé par l’ancien député conservateur Maxime Bernier, qui a déjà été, entre autres, ministre des Affaires étrangères du Canada.

Bien que le PPC soit en faveur d’une réduction globale de l’immigration au Canada, son programme électoral indique que « l’objectif premier de la politique d’immigration du Canada devrait être d’apporter des avantages économiques aux Canadiens et au Canada dans son ensemble. »

Le PPC propose de réformer « le système de points et les programmes associés pour que notre politique d’immigration soit axée sur l’acceptation d’une proportion plus importante d’immigrants économiques possédant les compétences voulues. »

Le PPC affirme qu’il « limitera le nombre de travailleurs étrangers temporaires et s’assurera qu’ils occupent des postes réellement temporaires et ne concurrencent pas de façon déloyale les travailleurs canadiens. »

Les actualités au sujet de l’élection fédérale de 2019 au Canada et CIC News

Suivez CIC News pour obtenir les toutes dernières actualités sur l’immigration pendant l’élection fédérale de 2019 au Canada.

Si ce n’est pas déjà fait, vous pouvez vous abonner à l’infolettre consacrée à l’immigration au Canada pour obtenir des mises à jour régulières sur les grands dossiers d’immigration de l’heure.

Vérifiez si vous êtres admissible aux programmes d’immigration au Canada

© 2019 CIC News Tous droits réservés

Comments

We welcome your feedback

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

+